Présentation
Informations

Fermer Techniques

Fermer Petit dictionnaire

Fermer Actualité

Fermer Arbitrage

Fermer Matériel

Fermer Archive

Fermer Sponsors

Fermer Ludiques

Photos

Champion Reunion FLEURET 201305.jpg

Webmaster - Infos
Petit dictionnaire - Lettre M à N

M

 
Main
 
- Position de la main dans l'offensive. Autrefois l'offensive était précisée en fonction de la position de la main en finale. Ainsi disait-on: "Doublez dessous main de seconde", "Une-deux main de quarte", "Dégagez main de sixte", "Ripostez main de prime". (F) [FFE]
- Avoir de la main: tromper les parades finement et avec adresse. [Bes.]
- Armes de main, armes destinées à agir directement ; elles comprennent les armes de choc, les armes tranchantes et les armes aiguës. Main gauche, dague employée dans les duels, au XVIe siècle, pour parer les coups d'épée ; elle présente, au talon, un logement pour le pouce. [LL]
 
Maître d'armes
 
(1670). Qui enseigne l'escrime. [R]
 
Manchette
 
- Manchette de dessous: cible située sous l'avant-bras armé. (S) [FFE]
- Manchette de dessus : cible située sur le dessus de l'avant-bras armé.(S) [FFE]
- Manchette intérieure : cible située sur la gauche de l'avant-bras armé.(S) [FFE]
- Coup de manchette, coup de taille par lequel on cherche à blesser son adversaire au poignet de la main qui tient le sabre. [LL]
 
Manciolino
 
Auteur d'un des premiers traités d'escrime en 1531. [Lac]
 
Manipulateurs
 
(Les doigts ~) Le pouce et l'index de la main armée. [Bmt.]
 
Marche
 
- Progression du pied avant suivie d'une progression du pied arrière. Il existe une forme particulière de marche, où le pied arrière progresse avant le pied avant, mais ne le dépasse pas. [FFE] (= marche inversée.)
-Déplacement avant destiné à se rapprocher de l'adversaire. [Rev/Th.]
 
Marche avec glissement
 
Progression de tout le pied avant sur le sol sans le quitter. [FFE]
 
Marcher
 
Avancer. [Bmt.] (Contraire: v. rompre.)
Terme d'escrime. Porter en avant le pied droit, puis le pied gauche, en gardant entre deux la même distance. [LL]
 
Marozzo
 
Auteur d'un des premiers traités d'escrime en 1536 à Venise. Réputé, connut plusieurs rééditions. [Lac]
 
Martingale
 
1491, chausses à la martingale, "qui est un pont-levis de cul pour plus aisément fienter"(Rabelais, 1534); provençal martegalo, selon Guiraud, "cordage servant de sous-barbe", d'où "attache", de Martigues, port des Bouches-du-Rhône (1611, par anal. des "chausses à la martingale"). Courroie du harnachement du cheval, qui relie la sangle (sous le ventre de l'animal) à la muserole. (XIXe). Bande de tissu, de cuir, de fourrure, etc., placée horizontalement dans le dos d'un vêtement, à hauteur de la taille, pour en retenir l'ampleur...[R]
Escrime, par anal.: bande de tissu, de cuir, attachant la poignée de l'arme à l'avant-bras ou au poignet.
 
Marquer
 
À l'escrime, marquer un coup, l'indiquer par feinte et sans le porter effectivement. [LL]
 
Marxbrüder
 
Association de maîtres d'armes, en Allemagne.
Guilde de maîtres escrimeurs a Franckfort. [Lac]
 
Masque
 
Appareil protecteur qui se pose sur le visage. Masque de protection. Masque d'escrime : écran de toile métallique à mailles serrées garni de bourrelets. [R]
Terme d'escrime. Armure de fil de fer, à mailles très serrées, et garnie de peau, qu'on se met sur le visage quand on fait des armes, pour le protéger contre les coups de fleuret. [LL]
 
Match
 
Le combat courtois entre deux escrimeurs (ou tireurs) est un "assaut". Lorsqu'on tient compte du résultat du combat (compétition) on l'appelle "match". L'ensemble des matches entre tireurs de deux équipes différentes s'appelle "rencontre". [FIE: Règlement pour les épreuves]
 
Mécanisme
 
Ensemble de gestes acquis par la répétition au cours de l'enseignement ou de la pratique.[FFE]
 
Menace
 
- Geste du bras armé utilisé autrefois, la pointe dirigée vers la poitrine de l'adversaire dans l'intention de l'impressionner. On disait: "Menacez droit en marchant"; "Menacez par dégagement", etc. On lui a préféré le mot feinte. [FFE]
- Synonyme de feinte. [ARAB]
 
Mérignac
 
v.champion.
 
Mesure
 
Étymologiquement, dimension déterminée, considérée comme normale, souhaitable. Terme ancien. v. Distance. [FFE]
« Être en mesure » peut avoir une signification métronomique. Mais « être en mesure » (de faire quelque chose) vient de l'escrime, où la mesure est la distance convenable pour porter un coup d'épée. Alain Rey, dans son Dictionnaire historique confirme cette filiation :
Par extension, le mot est entré dans l'usage commun par les expressions mettre hors de toute mesure (1668) « pousser à bout » et, plus couramment, être en mesure de « capable de » (1780), qui ne fait plus référence à l'escrime. (Nous soulignons.)
 
Littré
 
Terme d'escrime. Distance juste pour porter ou parer.
Mesure dure, jeu d'un tireur qui emploie la force, ne répond aux coups qu'on lui riposte que par des mouvements convulsifs, et offre avantage sur lui par sa pesanteur. Être à la mesure, être à la juste distance.
Fig. Mon âme ne pourrait plus se remettre en mesure, Mlle DE L'ESPINASSE, Lett. t. II, p. 169, dans POUGENS.
Entrer en mesure, approcher de son adversaire en faisant un petit pas en avant.
Fig. être en mesure de faire une chose, avoir les facilités, les moyens de la faire. Il se mit en mesure de fournir son cautionnement.
Être hors de mesure, n'être pas à la juste distance.
Fig. Être hors de mesure, n'être plus à portée de faire une chose.
Fig. Mettre quelqu'un hors de mesure, le déconcerter, déranger ses projets. Ce propos, prononcé avec cette majesté effrayante si naturelle au roi, à un prince timide et dépourvu de réponse, le mit hors de mesure, SAINTSIMON 2, 44.
Fig. Mettre hors de toute mesure, irriter à l'excès, pousser à bout. Et je vais égayer mon sérieux loisir à mettre Amphitryon hors de toute mesure, MOL. Amph. III, 2.
Fig. Être jeté hors de ses mesures, perdre toute direction de sa conduite. L'on est né quelquefois avec des moeurs faciles, de la complaisance et tout le désir de plaire ; mais, par les traitements de ceux avec qui l'on vit ou de qui l'on dépend, on est jeté hors de ses mesures et même de son naturel, LA BRUY. XI.
Rompre la mesure, se mettre hors de portée de recevoir un coup de fleuret ou d'épée.
Serrer la mesure, avancer sur son adversaire.
Fig. et familièrement. Serrer la mesure, presser l'adversaire dans la discussion et aussi serrer les choses de près. Les Italiens [cardinaux] se trouvent tout portés [au conclave] et à portée de serrer la mesure avant l'arrivée des étrangers, SAINT-SIMON 79, 22. Après quelques propos que je laissai aller pour laisser mâcher à M. le duc ce que je venais de dire de fort, je crus lui devoir serrer la mesure, ID. 510, 278.
Lâcher la mesure, reculer devant l'adversaire.
Gagner la mesure, porter le pied droit en avant et le faire suivre de la jambe gauche, en observant, d'un pied à l'autre, la même distance que dans la garde. [LL]
 
Mesure d'escrime
 
La distance qui sépare deux escrimeurs. [Bmt.]
 
Mettre en garde (se ~)
 
v. garde.
 
Mettre flamberge au vent
 
Loc. (1629, in D.D.L.). Mettre flamberge au vent : tirer l'épée (- Dégainer). - (1673). Fig.Partir en guerre, s'apprêter à se battre. [R]
D.D.L. : Matériaux pour l'histoire du vocabulaire français, publiés par Bernard QUEMADA, Datations et Documents lexicographiques. - 1re série. -
Éd. Les Belles Lettres, 1959-1965. - 2e série. - Éd. Didier (n s 1 à 8), puis Éd. Klincksieck,
1970-1984.
 
Meurtrier
 
Ancien terme d'escrime. Garde meurtrière, position d'attaque où l'on essaie de frapper son adversaire. Comment, diable ! d'abord qu'on les approche, ils [les yeux d'une dame] se mettent sur leur garde meurtrière, MOL. Préc. 10. [LL]
 
Minutage
 
Exécution d'un mouvement au moment adéquat. [Bmt]
 
Miséricorde
 
(V. 1170). Poignard, dague dont on menaçait l'ennemi abattu pour l'obliger à se rendre, à demander miséricorde. [R]
 
Molinello
 
Au sabre, taille circulaire portée à la tête au départ de la parade de prime. [Bmt.]
 
Mouche
 
- Morceau de peau dont on garnissait le bouton du fleuret pour le rendre moins dangereux.
Fleuret moucheté (aux XVIIe, XVIIIe, XIXe S. [Lac.]
- Petit point noir placé au centre d'une cible. Faire mouche : toucher ce point. - Fig. et par métaphore. Atteindre le résultat visé, toucher le point sensible (Mettre dans le mille)
- Terme d'escrime. Chasser les mouches se dit d'un tireur qui pare à l'aventure, et par des mouvements irréguliers. [LL]
 
Moucheter
 
Garnir d'une mouche une arme pour la rendre inoffensive, et s'en servir dans l'escrime. Moucheter un sabre, une épée.
L'Académie n'a pas le verbe, elle ne donne que le participe. [LL]
 
Moulinet
 
Mouvement circulaire axé sur le poignet ou le coude pour frapper avec plus de force. [Lac.]
 
Moulinet
 
(faire le moulinet 1594; 1418 « bâton qu'on fait tourner ») Mouvement de rotation rapide (qu'on fait avec un bâton, une épée, un sabre) pour écarter l'adversaire et parer ses coups.
« Une canne en fer avec laquelle il faisait souvent des moulinets » (Balzac). — Par ext. Faire de grands moulinets des deux bras. [RE]
 
Mousquetaire
 
Vx ou hist. Fantassin armé d'un mousquet. (1622). Cour. et hist. Mousquetaires du roi ou mousquetaires : mousquetaires à cheval (- Cavalier) formant deux compagnies et faisant partie des troupes de la Maison du Roi. [R]
Étonnant, que les mousquetaires soient associés à l'escrime, alors que leur singularité était de porter une arme à feu. Il est vrai que le mousquet était une sorte de fusil à mèche, et que ces gentilshommes devaient plus le salut de leur vie à leur épée.
"Leur arme était si lourde que chacun d'eux avaient un valet pour la porter en marche." [LU]
V. Trois Mousquetaires (Les ~)
 
Mouvement
 
Le tireur ayant le bras allongé, la pointe de l'arme menaçant une surface valable, il faut entendre par mouvement tous les changements de direction de cette pointe par rapport à la main de l'adversaire. Menacer dans une « ligne » et tirer dans cette « ligne » : un mouvement.
Menacer dans une « ligne » et tirer dans une autre ligne : deux mouvements. [RF]
 
Muette
 
(leçon à la ~) Leçon donnée sans commandement oral. [FFE]
 
Mur
 
- (Tirer le ~) S'exercer tour à tour, l'un ou l'autre, à passer des dégagements (Embry, 1859). Le salut du mur est celui qui précède le mur tiré par chacun des deux adversaires (Embry, 1859).
V. Salut des armes. [FFE]
- Terme d'escrime. Tirer au mur, pousser de tierce ou de quarte à quelqu'un qui ne fait que parer. Parer au mur, parer les coups de celui qui tire au mur. [LL]
Muraille
Terme d'escrime. Tirer à la muraille, synonyme de tirer au mur. Après trois mois de  leçons [d'armes], je tirais encore à la muraille, J. J. ROUSS. Conf. V. [LL]
 

N

 
Noeud d'épée
 
[p.é.] Ruban noué servant de parure; ornement en forme de noeud. "On appelait autrefois faveurs, des rubans, des gants, des boucles, des noeuds d'épée, donnés par une dame." VOLTAIRE, Dict. philosophique, Faveur [R]
 
Nothung
 
Épée de Siegfried.
"Es gibt ein Schwert das er nicht zerschwänge: Nothungs Trümmer..." (Wagner, Siegfried, I,1, Mime.)

Date de création : 20/10/2008 - 20:40
Dernière modification : 20/10/2008 - 20:42
Catégorie : Petit dictionnaire
Page lue 4665 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article

SPONSORS
logo_Lybellule974.jpg


 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

logo_Karine_Zen1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Les canelés de Bourbon

Sponsor_les_caneles_de_bourbon.jpg





 

Connexion...
 Liste des membres Membres: 117

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 3

Total visites Total visites: 426557  

Webmaster - Infos
Calendrier
Diaporama
^ Haut ^