Présentation
Informations

Fermer Techniques

Fermer Petit dictionnaire

Fermer Actualité

Fermer Arbitrage

Fermer Matériel

Fermer Archive

Fermer Sponsors

Fermer Ludiques

Photos

20130427_175644 (Copier).jpg

Webmaster - Infos
Petit dictionnaire - Lettre F G

 F

 
Faible
 
Partie fine de la lame, proche de la pointe. [FFE]
Le faible d'une épée, le tiers du tranchant, qui fait l'extrémité de la lame. [LL]
 
Faire des armes
 
S'exercer à l'escrime. [LL]
 
Fauchon
 
- Sabre du moyen âge, à un seul tranchant. [Favier]
- Arme d'hast* du moyen âge. [R]
 
Fausse attaque
 
Mouvement offensif qui n'est pas destiné à marquer une touche. [Bmt.]
 
Faux fourreau
 
Second fourreau qui protège le véritable fourreau. [R]
 
Fechtbuch
 
Traité du maître allemand Talhoffer, en 1443 (escrime à deux mains, hache...) [Lac]
 
Feinte
 
- Simulacre d'une action, destiné à tirer parti d'une réaction ou d'une absence de  réaction adverse. [FFE]
- Mouvement offensif semblable à une attaque, mais destiné à provoquer une réaction de l'adversaire. [Bmt.]
- Jeu couvert et trompeur, par lequel on frappe l'ennemi dans un endroit différent de celui où on le menace. [LL]
 
Fendant
 
S.m. Terme d'escrime qui vieillit. Coup de taille appliqué de haut en bas. Et, entrant au combat, il reçut d'abord un fendant sur le jarret, dont il perdit beaucoup de sang, D'ABLANCOURT, Lucien, Toxaris. [LL]
Fam. ou régional. Matamore, fier-à-bras.
(Il) se montra plus fort qu'il n'est permis de l'être, même dans le midi. Il ne marchait plus dans la rue qu'en se donnant des grâces de tambour-major. Une belle nuit, six de ses amis (...) l'éveillent, l'attachent, le bâillonnent (...) En partant, ils promettent de recommencer s'il continue à faire le fendant dans la rue. STENDHAL, Mémoires d'un touriste, t. I, p. 130.
[R]
 
Fendre
 
- Terme d'escrime. Se fendre, porter la jambe droite en avant en laissant le pied gauche en place.
- Populairement. Se fendre, commettre une prodigalité peu ordinaire (locution figurée tirée de l'escrime). Il s'est fendu de cent francs. Je me fendrai de six bouteilles de champagne.
- Absolument. Quand il s'agit de se fendre, il se fait tirer l'oreille.
 
Fente
 
Action consistant en une détente de la jambe arrière combinée avec une projection de la jambe avant. Se dit également de la position de l'escrimeur fendu. [FFE]
 
Fer
 
- Synonyme de lame. [FFE]
- Épée, fleuret. Engager le fer. Croiser le fer. v. Escrimer. - Loc. fam. Battre le fer : se battre fréquemment à l'épée, s'exercer à l'escrime. Batteur de fer. v. Ferrailleur. Fig. et vieilli. C'est à force de battre le fer qu'il est parvenu à ce degré d'habileté (Littré), à force de s'exercer [R]
- Croiser le fer: se battre. [Lac.]
- L'épée, le fleuret. Croiser, engager le fer.
Familièrement. Battre le fer, s'exercer à l'escrime. Et j'ai battu le fer en mainte et mainte salle, MOL. l'Étour. IV, 3. Monsieur le batteur de fer, je vous apprendrai votre métier, ID.
Bourg. gent. II, 3. L'on jugeait à sa mine martiale que c'était un homme qui avait battu le fer,LESAGE, Estev. Gonz. ch. 46.
Fig. Il y a longtemps qu'il bat le fer, se dit d'un homme qui s'occupe depuis longtemps d'une étude, d'un exercice.
On dit de même : C'est à force de battre le fer qu'il est parvenu à ce degré d'habileté. Enfin, à force de battre le fer, il en est venu glorieusement à avoir ses licences, MOL. Mal. imag. II, 6.
[LL]
 
Fer (A travers le ~)
 
Locution qui qualifie un coup atteignant en même temps la cible et l'arme. Un coup à travers le fer est reconnu lorsqu'il atteint la surface valable. Synonyme de coup mal paré. [FFE]
 
Fer (Absence de ~)
 
Action qui consiste à quitter la lame adverse avec laquelle on était en contact. [FFE]
 
Fer (Prise de ~)
 
Action où l'on s'empare de la lame adverse en la maîtrisant .Peut être combinée avec un attaque directe (attaque par prise de fer) ou précéder une attaque simple ou composée (préparation d'attaque). [FFE]
 
Ferrailler
 
Frapper bruyamment des lames de sabre, d'épée les unes contre les autres, en se battant. - Par
ext. Se battre maladroitement au sabre ou à l'épée. [R]
v. brétailler
Terme d'escrime, avec un sens péjoratif. Tirer mal, contre les principes. [LL]
 
Ferrailleur
 
Mauvais escrimeur. [Lac.]
 
Figure
 
Cible située de chaque côté du masque. On parle de figure à droite et de figure à gauche. (S)[FFE]
Se dit des différentes positions du corps, du bras ou de l'épée. [LL]
 
Fil
 
[d.é.] (XVIe). Partie coupante d'une lame.
Loc. Le fil de l'épée, son tranchant (opposé à la pointe), et, au fig., l'épée, en tant qu'arme. Le
Fil de l'épée, texte de Ch. de Gaulle. - Passer au fil de l'épée : tuer en passant l'épée au travers du corps [R]
 
Flamberge
 
1517; nom de l'épée de Renaud de Montauban, héros de chansons de geste.[R]
v. mettre flamberge au vent.
 
Flanc
 
- Partie de la surface valable située sous le bras armé du tireur. [ARAB]
- Cible située sous le bras armé du tireur. [FFE]
 
Flanconade
 
Botte de quarte forcée qu'on porte dans le flanc de son adversaire. [Bes.] [LL: idem]
 
Flèche
 
- Progression offensive consistant en un déséquilibre du corps vers l'avant précédé d'un allongement du bras conjugué avec une détente alternative des jambes. [FFE]
- Mouvement comportant une série de petits pas au lieu d'une fente simple. [Bmt.]
 
Flèche (de la lame)
 
Courbure régulière de la lame autorisée aux trois armes. [Rev/Th.]
 
Fleuret
 
[s.é.] Épée à lame de section carrée (v. Carre), au bout garni de peau (v. Bouton, mouche), pour s'exercer à l'escrime. [R]
Sorte d'épée à lame carrée et flexible, terminée par un bouton garni de cuir, et qui sert à s'exercer à l'escrime. Ainsi qu'en ces combats De fleurets on s'exerce, RÉGNIER, Sat. I. Court
le faquin, la bague, escrime des fleurets, ID. Sat. v. Fleurets à faire des armes  payeront,comme lames d'épées, trois livres, Tarif, 18 sept. 1664.
Fleuret démoucheté, fleuret dont on a ôté le bouton pour se battre.
ÉTYMOLOGIE : Fleur ; ital. fioretto, petite fleur et fleuret ; ainsi dit à cause que le bouton a  été comparé à un bouton de fleur.
[LL]
 
Flos duellatorum in armis
 
Traité de 1410, le plus ancien traité d'escrime au moyen âge. [Lac]
 
Forcer
 
Forcer le fer, engager avec force l'épée de son adversaire. [LL]
 
Fort (de la lame)
 
- La moitié de la lame proche de la poignée. [Bmt.]
- Le tiers le plus gros de la lame, proche de la coquille. [ARAB]
- Partie la plus épaisse de la lame, proche de la garde. [FFE]
 
Fouet de la lame
 
Mouvement décrit par la partie flexible de l'extrémité de la lame immédiatement après la parade adverse. [FFE]
 
Fournir
 
Terme d'escrime. Fournir à quelqu'un un coup d'épée, lui donner un bon coup d'épée. [LL]
 
Fourré
 
- Terme d'escrime. Coup fourré, coup que l'on donne en même temps que l'on en reçoit un ; locution qui vient de ce que le coup donné et reçu est considéré comme ayant sa fourrure, ce qui en fait un coup double, un coup fourré. Qu'ils.... Se donnent l'un à l'autre autant de coups fourrés, RÉGNIER, Ép. II. Ce sont deux grands athlètes qui font un coup fourré, DIDER.Salon de 1767, Oeuv. t. XIV, p. 54, dans POUGENS.
- Fig. Coup fourré, coup qui rend la pareille, moyen par lequel on déjoue quelque chose. Et contre cet assaut je sais un coup fourré, MOL. l'Ét. III, 6.
Coup fourré, mauvais offices que se rendent deux personnes en même temps l'une à l'autre.
Porter un coup fourré, rendre en secret un mauvais office à quelqu'un. Il [Maupertuis] me porte tous les coups fourrés qu'il peut, et j'ai peur qu'il ne me fasse plus de tort qu'à Koënig,
VOLT. Lett. Mme Denis, 22 mai 1752.
[LL]
 
Fourreau
 
[p.é.] - Enveloppe allongée, destinée à recevoir une chose de même forme, et, spécialt, une arme blanche, pour la préserver quand on ne s'en sert pas.
- Tirer l'épée du fourreau (v. Dégainer); et, fig., commencer les hostilités. Remettre l'épée au fourreau (v. Rengainer); et, fig., faire la paix. [R]
 
Franc
 
Terme d'escrime. Botte franche, coup de fleuret porté net et qui n'a pu être paré. [LL]
 
Froissement
 
- Pression prolongée, brusque et puissante, exécutée en glissant vers le fort de la lame. [FFE]
- Préparation d'attaque faite en détournant la lame adverse par un frottement vigoureux.[Bmt.]
 
Frôlement
 
Action sur le fer mal exécutée et non prioritaire. [FFE]
 
Fusée
 
[d.é.] Partie de la monture qui sert à tenir l'arme. [Cl.]
 

G

 
Gagner
 
Gagner sur la fente : Amener le pied arrière jusqu'au pied avant au moment de se fendre.[Bmt.]
Gagner la mesure, se donner un avantage par un coulement d'épée et un mouvement en avant. [LL]
 
Gant
 
(1432) Jeter le gant : défier, provoquer (d'une coutume médiévale par laquelle un chevalier qui en défiait un autre au combat lui jetait son gant, que ce dernier ramassait s'il acceptait le combat). Deux chefs qui se sont jeté le gant et s'affrontent. - (1803) Ramasser, relever le gant : accepter le combat, se disposer à la riposte. Relever le gant et accepter le combat [R]
Gant bourré, gant dont on se sert dans les salles d'escrime. [LL]
 
Garde
 
- Position la plus favorable que prend le tireur pour être prêt également à l'offensive, à la défensive ou à la contre-offensive. Pointe haute ou basse, mais toujours en direction de la cible, la garde peut être courte ou longue, et subir des modifications au cours du combat, suivant la tactique choisie. [FFE].
- [d.é.] partie de l'épée qui sert à couvrir la main. [Lac.]
- (1690) Escr. Attitude du corps, manière de tenir son arme pour parer les coups ou attaquer. Une garde vulnérable, invulnérable, impénétrable. - Loc. (1670) Avoir, tenir la garde haute, basse : tenir la pointe du fleuret plus haut, plus bas que le poignet.
- (XXe) Fermer, serrer sa garde.
- Couvrir (se). Ouvrir sa garde : se découvrir.
- Gardes (au plur.), se dit des différentes positions de l'arme.
- Prime, quarte, quinte, seconde, tierce. [R]
- La garde, l'attitude du bras quand on tient l'épée pour le combat. [LL]
 
Garniture
 
[d.é.] Pièce destinée à protéger, à renforcer. Garnitures métalliques, en cuir, en caoutchouc...destinées à protéger ou renforcer divers objets. v. Bout, bouterolle... [R]
 
Gaucher
 
Qui se sert ordinairement de la main gauche. [R]
Le rôle de l’hémisphère droit chez le droitier, habituellement désigné comme étant mineur d’une façon quelque peu méprisante, a déjà, en fait, été prévu dès 1884 par H. Jackson. Puis une autre notion se fait jour : quand un gaucher est frappé d’aphasie, c’est aussi une certaine partie de son hémisphère gauche qui est atteinte. Toujours pour les gauchers, il apparaît que leur fréquente supériorité dans les exercices physiques, notamment le tennis et l’escrime, n’est peut-être pas le fait du hasard (Y. Guiard). C’est en effet au niveau de l’hémisphère droit, qui est chez eux volumétriquement plus important, que s’intègre, donc s’apprend, la maîtrise des mouvements du corps et de l’espace [EU] article "Cerveau Humain", par André Bourguignon et Cyrille Koupernik.
 
Gaudin (Lucien)
 
v.champion.
 
Gilet
 
Gilet d'armes: (1872) Gilet d'armes, pour se garantir des coups d'armes blanches. Tailler un gilet: infliger une dérouillée.[R]
Terme de salle d'escrime. Donner un gilet à quelqu'un, le battre complètement, le toucher très souvent avec le bouton du fleuret. [LL]
 
Glaive
 
[s.é.] Épée de combat à deux tranchants, pour frapper d'estoc et de taille. [R]

Date de création : 20/10/2008 - 17:57
Dernière modification : 20/10/2008 - 18:00
Catégorie : Petit dictionnaire
Page lue 4045 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article

SPONSORS
logo_Lybellule974.jpg


 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

logo_Karine_Zen1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Les canelés de Bourbon

Sponsor_les_caneles_de_bourbon.jpg





 

Connexion...
 Liste des membres Membres: 117

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 3

Total visites Total visites: 426557  

Webmaster - Infos
Calendrier
Diaporama
^ Haut ^